5 vrais conseils pratiques pour arrêter le hoquet

hoquet-01-300x212

S’il y a bien un sujet sur lequel personne ne s’entend c’est bien la façon de régler le hoquet bénin quand il survient ! Avouez-le, vous connaissez tous quelqu’un (si ce n’est pas vous) dans votre entourage qui vous jure à chaque fois que l’unique solution au hoquet est de faire des roues latérales en mangeant des Jolly Rangers ou encore de crier ananas la tête à l’envers ! Malgré la diversité des recettes miracles qu’on rencontre, cinq aspects reviennent presque toujours à l’avant plan : se concentrer, respirer, avaler, stimuler le palais et bouger. À vous de voir ce qui vous convient le mieux ! Sachez toutefois que ce sont des cures pour le hoquet bénin (le plus fréquent) et non le hoquet persistant (qui dure 48 heures et plus et qui revient souvent) ou réfractaire (qui dure des mois et des années) qui eux sont plus souvent qu’autrement de symptômes de reflux acide, de stress ou même de kyste pour lesquels vous devriez consulter.

 

Se concentrer

Pour certains, lorsque le diaphragme sursaute, il suffit de se concentrer et/ou penser à autre chose. Le secret est donc la visualisation. Certains proposent de visualiser une lueur bleue (votre 3e œil aussi appelé « œil psychique ») situé entre vos deux yeux descendant jusqu’à votre estomac, afin de détendre tranquillement votre œsophage au passage. Si cette période de méditation n’arrive pas à vous satisfaire vous pouvez aussi vous rabattre sur une technique loufoque répandue sur le web, soit celle de penser à tous les hommes chauves que vous connaissez ! Des techniques plus classiques évoquent également de vous laisser chatouiller, pincer, faire le saut. Les plus radicaux vont même jusqu’à demander à se faire menacer de mort ! J’espère que ce n’est pas votre cas !

 

Respirer

L’objectif est toujours le même, augmenter la quantité de CO2 dans vos poumons afin de détendre le diaphragme. Que ce soit en retenant votre souffle, en respirant dans un sac de papier ou encore en soufflant sur votre pouce comme on soufflerait dans un ballon, toutes les techniques sont bonnes. Par contre, méfiez-vous de ceux qui vous proposent des trucs comme « crier le plus fort possible » ou « hyper-ventiler jusqu’à perte de conscience ». Pas besoin de vous dire que ce sont des trucs idiots. À noter, les trucs stimulants et provoquant l’éternuement tels que « respirer du poivre » sont bien vue par la communauté. À vous de voir.

 

Avaler

Ingurgiter de l’eau est probablement la méthode la plus populaire. J’ai vu des amis boire la tête à l’envers en se pinçant le nez, d’autres en se faisant boucher les oreilles. Bien qu’il n’en à pas l’air, l’objectif est de stimuler le conduit auditif. En effet, ce dernier serait intimement relié aux causes obscures de votre hoquet. Boire avec une paille ou en retenant un couteau (placé dans votre verre) avec votre visage tout en buvant sont aussi des techniques populaires à essayer !

 

Stimuler le palais

Fait intéressant, le corps possède un centre du hoquet, situé entre la troisième et la cinquième vertèbre cervicale. Stimuler le palais modifierait les influx nerveux du centre du hoquet et aurait donc pour effet de faire cesser les spasmes. Ainsi, la stimulation du palais avec des éléments sucrés ou amers pourrait faire arrêter votre hoquet! Que ce soit une tranche de citron, des cubes de sucre, un bon verre de vinaigre (beurk) ou encore une bonne bouchée de bicarbonate de soude, tout les moyens sont bons ! Les réactions au froid et au très piquant sont également dites efficaces. Vous pouvez ainsi suçoter des glaçons ou si vous êtes plus brave, croquer dans un piment Habanero !

 

Stimuler le reste du corps

L’activité physique ou la stimulation corporelle peuvent être de bons moyens pour redonner à votre diaphragme sont rythme naturel. En allant courir par exemple, vous forcerez votre diaphragme à trouver votre « deuxième souffle » et ainsi retrouver une respiration régulière après votre entrainement. Quant à la stimulation corporelle, plusieurs moyens peuvent être efficaces tels que les massages, les douches chaudes ou encore les sauts en parachute ! Évitez toutefois les coups de poing dans le ventre, les «calages d’alcool , l’auto-vomissement et autres idées stupides.

 

Bonne (hic !) chance !

 

Maxime Fouquette

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :