5 conseils pratiques pour s’acheter un amplificateur de guitare électrique

10527972_10152252259336239_1987801429_n

 

Une grande partie de votre son est créée à partir de l’ampli. C’est une des parties les plus importantes de votre chaîne d’instruments. Cette semaine, je vous guide dans l’achat d’un amplificateur de guitare électrique avec 5 conseils pratiques.

 

  1. Différencier les types d’amplificateur : à lampes, à transistors, hybrides ou à modélisation.

 

Les lampes sont depuis plusieurs dizaines d’années, les composantes les plus recherchées de l’amplificateur de guitare. La plupart des guitaristes ne jurent, encore aujourd’hui, que par ce type d’amplification. Ces amplis requièrent plus de soins, sont plus lourds, plus dispendieux et dégagent plus de chaleur. Cependant, ces inconvénients sont purement pratiques et non sonores.

 

Le transistor a commencé à remplacer les lampes dans plusieurs domaines, mais il n’a pas réussi à évincer totalement la lampe dans le domaine de l’amplification de guitare. Ils sont souvent plus fiables, moins dispendieux, ne dégagent pas beaucoup de chaleur et ils diminuent le poids de l’amplificateur. En contrepartie, le transistor ne réagit pas de la même façon que la lampe lorsqu’il sature. D’où l’expression suivante : « chaleur du son », qui témoigne d’une particularité des amplificateurs à lampes.

 

Les amplificateurs hybrides sont ceux qui utilisent les 2 technologies que nous venons d’aborder. Ils utilisent soit un préamplificateur à lampes et un ampli de puissance à transistors ou l’inverse. Cependant, ils sont moins utilisés que les deux types précédents.

 

Finalement, les amplis à modélisation sont purement numériques. Ils sont programmés pour simuler des modèles d’amplificateurs existants. Ils prennent moins d’espace, ils peuvent remplacer un kit complet (ampli et pédales), sont plus polyvalents (dû au grand nombre d’amplis modélisés en mémoire) et se transportent plus simplement.

 

  1. Parmi les types de configurations possibles, lequel devriez-vous choisir?

 

Les formats possibles sont plutôt simples, mais ils peuvent se décliner en sous-catégories. À la base, on parle soit de combos (châssis et haut-parleurs dans un même cabinet), d’un ensemble tête et cabinet ou encore d’un préamplificateur et d’un amplificateur de puissance monté dans un rack et reliés à un cabinet. Ce dernier est davantage vu chez les professionnels qui voyagent beaucoup avec leur matériel. Le combo est souvent le plus simple à transporter, mais il est aussi plus lourd que l’ensemble tête et cabinet. Ce dernier nécessite généralement plus d’espace, mais il peut être moins dure sur les lampes (s’il s’agit d’un amplificateur à lampes ou hybride) puisqu’il ne fait pas partie du même cabinet, donc moins prompt aux vibrations. Côté son, il y a des différences, mais à vous de voir ce qui vous plaît le plus. En ce qui concerne le prix, le combo est le moins dispendieux étant donné qu’il nécessite moins de matériel que les deux items séparés.

 

  1. Achetez un amplificateur selon le genre de musique que vous désirez jouer.

 

Si vous n’êtes pas trop renseignés, faites des recherches avant, pendant (auprès du vendeur ou de la personne qui vous le fait essayer) ou après votre essai. Ne vous pressez pas! Nos oreilles tendent à changer quotidiennement. Alors un son qui vous plaisait hier, ne vous plaira pas nécessairement autant demain. N’ayez pas peur d’aller réessayer. Chaque amplificateur est conçu dans le but d’obtenir un type de son précis. Alors il est primordial de savoir quel type d’amplificateur peut reproduire le type de son que vous recherchez.

 

De nos jours, les amplis sont souvent des répliques plus ou moins exactes de modèles qui ont existé. Certains sont mieux réussis que d’autres, alors plusieurs compagnies pourraient offrir un même type d’amplificateur même si de l’extérieur ils semblent différents. D’où l’importance de se renseigner.

 

Ne vous laissez pas impressionner par tout ce qu’un ampli peut faire. Si vous comptez l’utiliser que pour des sons clairs et avec un peu d’overdrive, ne faites que ça. Amusez-vous à tourner les potards et voir ce que ça a comme effet sur le son. Vous vous rendrez compte qu’un bon amplificateur, même s’il ne possède que très peu de boutons et de canaux, peut être très polyvalent avec l’ajout de pédales ou modules d’effets. Notre manière de jouer et ce que nous jouerons lors d’une séance d’essai sont grandement influencés par la manière dont nous l’ajustons. Par exemple, si vous paramétrez un son très saturé, vous aurez tendance à jouer quelque chose dans ce style. Ce qui vous fera dévier de votre objectif principal : trouver des sons que vous désirez obtenir d’un amplificateur.

 

 

  1. Quelques caractéristiques cruciales sur lesquelles se pencher :

 

–       Puissance : ce terme désigne le nombre de watts avant que l’amplificateur commence à saturer. Il est associé très souvent à tort au volume qu’un ampli produira. Par exemple, le volume sur un amplificateur de 100W devra être monté plus haut qu’un amplificateur de 30W afin d’obtenir la même saturation (considérant que l’on compare le même amplificateur).

 

–       Haut-parleurs : le nombre de haut-parleurs et la qualité de ceux-ci influenceront beaucoup le son. Ils sont la dernière pièce du puzzle et un changement de haut-parleurs peut radicalement transformer votre son (positivement ou négativement). Il est d’ordinaire conseillé d’acheter un amplificateur avec les haut-parleurs recommandés par le constructeur. Il s’agit souvent d’une façon de réduire le coût pour le fabricant, alors renseignez-vous, surtout pour les modèles d’entrées de gammes et/ou peu coûteux.

 

–       Sensibilité des haut-parleurs : se calcule en décibels (dB). C’est cette donnée, qui, jumelée à la puissance, vous donnera le volume de l’amplificateur. À titre d’exemple, un ampli de 100W possédant un haut-parleur de 94dB sera moins fort qu’un amplificateur de 50W équipé d’un haut-parleur de 100dB.

 

–       Effets intégrés : il est devenu monnaie courante de voir des amplificateurs d’entrées et milieux de gammes être équipés d’effets comme réverbération, délai, flanger, chorus, trémolo, etc.. Ces effets ne sont habituellement pas réputés pour être excellents, mais ils peuvent être pratiques. Notez toutefois que les réverbérations à ressorts intégrés dans les amplificateurs sont plus recherchées que celles numériques.

 

–       Boucle d’effets : celle-ci est très utile lorsque vous utilisez des effets tels que : délai, flanger, chorus, réverbération ou tout autre effet de modulations, de temps ou pour les clean boost (hausse de volume). Il n’est toutefois pas obligatoire de l’avoir sur votre amplificateur, mais elle est très suggérée pour les gens qui aiment les sons très saturés.

 

–       Multicanaux : beaucoup de gens recherchent la versatilité lorsqu’ils convoitent un amplificateur de guitare électrique. Ceux-ci peuvent être très pratiques lorsque vous jouez un répertoire très varié qui nécessite une foule de sons différents. Par contre, ils sont souvent plus lourds et ils possèdent des circuits plus complexes. Ils nécessitent alors des entretiens plus rigoureux.

 

–       Taille et poids : si vous n’avez pas à transporter régulièrement votre amplificateur, nul besoin de vous en inquiéter! Néanmoins, dans le cas contraire, ce sont deux facteurs à prendre en compte. Généralement, l’un ne va pas sans l’autre…

 

  1. Je recherche un amplificateur pour pratiquer, pour la scène ou pour le studio? Adaptez votre achat selon vos besoins.

 

Il est essentiel de définir clairement ses besoins quant à l’utilisation qui sera faite de votre nouvel achat. Pour les endroits qui nécessitent :

 

–       Un volume faible, tels un appartement ou une petite salle de spectacle, vous devriez privilégiez les amplificateurs qui sont sous les 30 watts.

–       Un volume moyen, telle une maison dans un voisinage, local de pratique ou salle de spectacle de taille moyenne ou bars en général, de 25W à 50W suffisent largement, ce genre d’endroits qui offrent des spectacles régulièrement est souvent équipé d’un bon kit de son.

–       Aucune contrainte, telle une maison sans voisin, des arénas ou de très grands espaces. Dans ces cas, libre à vous d’essayer des amplificateurs à puissance variée. Toutefois, protégez vos oreilles!

 

Notez que ces nombres sont subjectifs et qu’ils laissent place à votre jugement. Il est possible de réduire le volume sur tout amplificateur, mais plus un amplificateur est bas wattage, plus il sera facile d’avoir un bon son à faible volume (surtout pour les amplificateurs à lampes).

 

Enfin, je vais me permettre de vous laisser mon opinion sur le sujet : il vaut mieux posséder une chose qui excelle dans un domaine plutôt qu’une autre qui en fait une tonne, mais qui produit des résultats ordinaires… Pour le moment, aucun algorithme ne peut recréer exactement le son d’un amplificateur à lampes et c’est ce qui explique pourquoi ils sont encore aussi populaires. Les amplificateurs à transistors ou hybrides ne se sont jamais vraiment imposés, mis à part quelques modèles. Le prétendant le plus proche est la modélisation, qui se rapproche de plus en plus et qui offre la plus grande variété, et ce, à tous les prix. Prenez le temps de vous renseigner et surtout amusez-vous, c’est un monde fascinant!

 

P.S. Je vous invite à relire mes deux autres articles sur les sujets des guitares électriques et des pédales d’effets, car plusieurs conseils peuvent s’appliquer à l’un et à l’autre. Cela pourrait bien vous aider.

 

Alexandre

 

Alexandre Lapierre

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :